danseurs sur pistePour son premier spectacle officiel, le groupe de danse « Sunu Street » a régalé, avant-hier, le public du Centre socio-culturel de Gorée. Une soirée organisée par le groupe Kfw Banque de la coopération allemande au développement.
La nuit tombe sur Gorée. L’odeur de la brise nocturne enveloppe, de son manteau, l’île mémoire. En cette période de pleine lune, cette cité, plantée dans l’azur profond de l’océan Atlantique, retrouve tout son charme. Dans l’enceinte du centre socioculturel, situé à la rue Malavois X Boufler’s, plus d’une vingtaine de jeunes danseurs font les derniers réglages, pour monter sur scène.
A peine dix minutes plus tard, la fameuse team des danseurs « Sunu Street » descend des escaliers, de cet ancien théâtre de verdure. L’un d’eux explique, de vive voix, les fondamentaux sur lesquels ce groupe a été créé. Puis, il s’en est allé comme il est venu. Sous un fond musical classique, le spectacle commence par des sauts acrobatiques et mouvementés. Les percussions s’emballent.
Les techniques de l’approche du sol, du « house », du « break dance » ou du « free style » semblent très bien maîtrisées. Sur scène, on ne se ménage pas. On danse le hip-hop, le traditionnel, le métissage. Bref, un peu de tout… Les thèmes de la rue, des réalités quotidiennes, de l’abandon social, de l’environnement rythment les expressions artistiques de ces gymnastes.
Le spectacle est coloré et est à la hauteur de l’attente du public, qui approuve par des vivats. La beauté du mouvement fait oublier le temps qui passe, dans le ciel lunaire de Gorée. 22 heures et quelques minutes, le spectacle se termine, laissant la place à un public excité.  « Sunu Street » est un projet de valorisation de la jeunesse et des danses urbaines au Sénégal. Il regroupe actuellement plusieurs dizaines de membres issus des différentes localités du pays. Le groupe a été mis en place en août dernier, avec l’appui de l’Union européenne, à la suite de cinq semaines d’intenses travaux et sessions de formation. 25 danseurs ont été sélectionnés, entre les régions de Dakar, Saint-Louis, Kaolack, Thiès et Louga.
Cette soirée culturelle a été organisée par Kfw Banque dont le but, explique Markus Faschina, le directeur du Bureau de Dakar, est de participer à la promotion des cultures urbaines au Sénégal. « Notre objectif, c’est la jeunesse, car c’est une meilleure opportunité de développement. Les thèmes dans ce spectacle cadrent parfaitement avec notre vision du développement économique durable », laisse-t-il entendre.
Kfw Banque est réputé pour son expérience, dans le financement de projets de promotion des énergies renouvelables, dans le domaine photovoltaïque, thermo-solaire, éolien, géothermique et hydroélectrique. Présent au Sénégal depuis 1962, il a octroyé, d’après Thomas Wollenzien, le directeur ouest- africain et malgache de ce groupe, plus de 300 milliards de FCfa pour le financement de projets visant à réduire la pauvreté et la protection de l’environnement, dans le but d’offrir aux populations des perspectives de vie meilleure.

Ibrahima BA

Source: http://www.lesoleil.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=42624:danse-l-sunu-street-r-enflamme-le-centre-culturel-de-goree&catid=157:culture&Itemid=109

Publicités