august

La Commune de Gorée déborde de projets les uns aussi ambitieux que les autres pour l’année 2016. De la réalisation de leur budget jusqu’à 80 % sur fond de coopération avec les grandes entreprises comme Eiffage, Fondation Sonatel…à l’érection de la Nouvelle Maison des esclaves d’un coût de 1 million de dollars avec une contribution de l’Etat-Partie, en passant par l’objectif d’obtenir la certification Iso 14001, le maire Me Augustin Senghor et son équipe sont de plain-pied dans un exercice d’étoffer le bilan de leurs réalisations déjà ô combien importantes.

Loin de s’apitoyer sur leur sort avec l’application de l’Acte III de la Décentralisation, l’édile de l’Île considérée comme un patrimoine de l’Unesco a, dans cet entretien accordé à Actusen.com, déclaré avoir su mettre à profit les opportunités à lui offertes par les partenariats pour donner corps à beaucoup de projets sur le plan de la santé, de l’éducation, de la protection de l’environnement.

Actusen.com : En tant que Maire, comment avez-vous vécu l’an 1 de l’acte 3 de la décentralisation

Me Augustin Senghor : C’est un exercice qui a été assez difficile à l’instar des autres collectivités dans le pays. On a constaté des dysfonctionnements notamment par rapport aux difficultés d’exécution des budgets dans leur volet recettes, alors que, dans la pratique, nous avons hérité des charges consécutives au déploiement des personnels, des infrastructures et des autres charges qui ont été transférées et qui étaient du ressort de l’Etat et des collectivités comme les régions ou la ville.

C’était assez difficile. Heureusement qu’à Gorée, nous avons pu, après un arbitrage, assurer les dépenses liées aux salaires qui est une question très sensible. Cela a été fait après un arbitrage qui nous a obligés à surseoir à d’autres types de dépenses obligatoires, pour pouvoir au moins payer les salaires des employés de la commune.

Actusen.com : La particularité de la Commune de Gorée, c’est que c’est une Île patrimoine de l’Unesco, qui ne dispose pas d’assiette foncière ou d’activités qui peuvent générer des ressources. D’où tirez-vous vos recettes ?

M.A.S : Avec la mise en œuvre de l’Acte 3 de la Décentralisation, chaque Commune est confrontée au double défi, à savoir, profiter de son contexte particulier comme avantage mais également vivre ses difficultés existentielles. Nous avons essayé de travailler sur nos atouts, pour en faire des forces et rendre notre Commune viable.

Nous avons insisté sur notre tissu économique qui est adossé aux activités touristiques et para-touristiques. Bien entendu, nous avons un patrimoine foncier, mais nous peinons actuellement à bénéficier des retombées qui y sont liées.

Nous avons aussi une coopération décentralisée aussi bien au plan national et international qui nous permet d’établir un certain équilibre en obtenant des ressources hors-budget. Tout ce qui a été fait en 2015 l’a été sur la base de cette coopération avec des ressources hors-budget.  C’est le paradoxe de cette gestion.

Nous n’avons pas pu faire face à certaines charges budgétaires importantes, mais d’un autre côté, beaucoup de réalisations ont été faites grâce aux partenariats. Sur le plan de la santé, de l’éducation, de la protection de l’environnement, les apports extérieurs nous ont permis d’avoir beaucoup de réalisations.

Actusen.com : Quelles sont ces réalisations ?

M.A.S : Les réalisations fondamentalement sont d’abord l’érection d’un hôtel municipal qui nous permettra, avec un réceptif de 12 chambres et une salle de réunion, de pouvoir avoir des ressources, en plus de régler la question de l’insuffisance des sites d’hébergements à Gorée.

Cela a été possible avec l’agence de développement municipal, la mairie de Dakar et la Banque Mondiale. Avec l’appui de la Présidence de la République, nous avons réalisé la clôture de la mosquée dont le mur s’est affaissé, du fait de la furie d’une tempête. Il en est également de l’Eglise qui est en train d’être réfectionnée et qui bénéficie d’une aire pavée.

Avec le Croissant Rouge et l’Ambassade du Qatar, l’aire de prière de la mosquée a été réalisée. Le jardin public pour la détente des visiteurs et des populations a été réfectionné et avec la Coopération européenne, la place, qui porte le nom de l’Union européenne, sera aménagée, cette année. Avec l’entreprise Mitsubishi Corporation, le Centre de santé a été complètement réfectionné et nous disposons désormais d’une Maternité et d’une chaise dentaire.

Pour la première fois, Gorée est dotéE d’une boulangerie et également? nous avons installé avec une banque de la place un guichet automatique. Le pavage des rues de Gorée, qui est une Ile piétonne, sera également effectué bientôt? ainsi que les autres projets.

Actusen.com : Une part importante du budget estimé à 308 millions F Cfa viendra cette année d’une taxe que vous reversera la Liaison maritime Dakar Gorée. Qu’est-ce qui l’explique ?

M.A.S : Notre Commune ne dispose pas d’entreprise ou de structures qui paient des taxes indispensables pour l’entretien de l’Ile et le règlement des questions vitales. Etant donné que la Liaison Maritime dessert notre Commune et y déverse un flot de visiteurs qui viennent profiter des services de la Mairie, notamment en matière de sécurité et de gestion de l’environnement, il nous a semblé normal de bénéficier d’une taxe à reverser par la Liaison Dakar Gorée, d’autant que les visiteurs causent des charges à la Commune notamment en dégradant l’environnement.

L’autre raison c’est que, pour recouvrer la taxe touristique, c’était difficile, d’autant que le touriste qui paie son ticket pour prendre la chaloupe voit mal qu’arrivé ici, on lui demande de payer une taxe. Donc, la présence des nombreux visiteurs n’est pas sans conséquence sur l’Ile, sa conservation, la gestion de la dégradation environnementale etc….

C’est pourquoi, nous avons institué une taxe de cession de services municipaux qui est une sorte de rémunération des services qui sont offerts par la Collectivité aux nombreux visiteurs qui sont des visiteurs d’agréments ou de découvertes. Cette taxe, qui devrait apporter environ 50 millions F Cfa à la Commune, permettra de rendre Gorée plus propre et plus attrayante. Auparavant, elle était recouvrée au niveau du bureau d’accueil à Gorée, mais, à partir de cette année, elle sera intégrée dans le ticket de la chaloupe et la LMDG reverse cela.

C’est un meilleur système de collecte, qui optimise le taux de recouvrement, en plus d’être plus juste, parce qu’elle sera de 100 francs pour les nationaux et 300 F Cfa pour les touristes. Elle vient en appoint à la subvention de 20 millions que la LMDG nous reversait chaque année sur instigation des autorités, notamment du Port de Dakar.

Sur le plan de la gestion durable de l’environnement, nous sommes en course pour avoir la certification Iso 14001 dont nous espérons recevoir le niveau 1, dès cette année. En fait, Gorée est un patrimoine culturel de l’Unesco, mais à côté de cela, nous ambitionnons d’avoir une gestion environnementale durable pour justement nous positionner comme un site référence, en combinant tourisme durable et tourisme de patrimoine.

Pour cela, l’Île doit être propre, bien entretenue. Nous espérons recevoir au moins 1 million de visiteurs si le tourisme est bien géré. Nous pouvons recevoir des touristes, même lors de la saison morte, parce que nous sommes une destination culturelle, bénéficiant d’une gestion durable préservant l’environnement. Donc, si on reçoit les certifications Iso, cela devrait nous aider à recevoir plus de monde.

Actusen.com : Les défis de 2016

M.A.S : Le premier défi est budgétaire. Il nous faut arriver à optimiser notre niveau de recette.  Il ne s’agit plus de se lamenter, puisque l’acte 3 est entré en vigueur. Il nous faut faire un plaidoyer pour passer à l’acte 2. Nous voulons réaliser notre budget jusqu’à 80 % et nous espérons profiter de notre coopération avec les grandes entreprises.

Ce sera le cas avec Eiffage pour l’aménagement de certaines places de l’Île, ce sera le cas avec la Fondation Sonatel qui nous aidera à fermer une brèche qui s’est ouverte vers le musée de l’Ile, sinon cette brèche va causer d’autres dégâts, vers la place de l’Europe qui pourrait disparaître. Nous attendons une subvention de 100 000 euros de l’Union européenne pour aménager la place de l’Europe, qui avait été ainsi baptisée par Jacques Delors et Abdou Diouf.

Avec la coalition des sites de consciences et de mémoires, nous avons un projet de financer pour 1 million de dollars avec une contribution de l’Etat-Partie pour réaliser la nouvelle Maison des esclaves. L’objectif, c’est de ne plus en faire simplement un lieu de visite émotionnelle, mais de la doter également d’un Centre de documentation. Ce sera l’un des projet-phares de notre Mairie pour en faire un des musées les plus courus dans le monde. Egalement dans le domaine de l’environnement, on veut faire de Gorée, la Commune la plus propre du Sénégal en obtenant la certification Iso 14001.

Propos recueillis par Samba THIAM (Actusen.com)

Publicités